Le recyclage et la gestion des déchets par Mc Do

Zéro Waste France (ZWF) a reproché à McDonald’s de France d’utiliser ses méthodes «insuffisantes» de recyclage et de gestion des déchets, l’organisation appelant les entreprises de restauration rapide à transformer la transparence de leurs déchets d’emballages. En effet, le recyclage et la gestion des déchets de McDonald’s sont «insuffisants», selon un rapport français.

Malgré les lois sur le tri des déchets, Mc Do et les autres acteurs de la restauration rapide principalement ne font pas bonne figure.

Mauvais produits
La restauration rapide et le recyclage. Mc Do au centre de la tourmente.

De nombreux rapport montrent et mette à jour une critique plus large de l’industrie de la restauration rapide, en utilisant l’exemple McDonald’s, et de sa politique des déchets en contradiction avec l’économie circulaire.

Les chiffres des déchets

Selon ces études, McDonald’s utilise près de 2,8 tonnes d’emballages chaque minute dans le monde, ce qui représente près de 1,5 million de tonnes d’emballages par an, alors qu’en France seulement, les restaurants McDonald’s utilisent 115 tonnes d’emballages par jour, soit près de 42 000 tonnes par an. contenu de matériaux recyclés.

En 2015, seuls 25% des déchets produits par les restaurants français de la société ont été recyclés, contre 26,5% en 2013. La proportion de déchets organiques dans le total des déchets de McDonald’s est également passée de 13% à 20,3% entre 2013 et 2015.

Mc Donald au centre du problème

Les rapports indiquent qu’en tant que première chaîne de restauration rapide, premier franchiseur au monde, deuxième employeur privé au monde, premier distributeur mondial de jouets via Happy Meals, et l’un des principaux clients du secteur de la restauration, McDonald’s a un impact considérable sur le marché, l’économie mondiale, mais aussi l’environnement.

Les rapports critiquent les performances des chaînes françaises, mais reconnaît que les performances des autres pays sont meilleures. Les pays européens voisins, l’Allemagne, la Belgique et les Pays-Bas, enregistrent des taux de recyclage supérieurs à 90%.

On reproche également à McDonald’s de ne publier que des « chiffres partiels » sur son taux de recyclage. Depuis 2016, toute personne produisant plus de 10 tonnes de déchets organiques par an est obligée de les trier et de les recycler, mais McDonald’s ne publie pas ces informations sur ses restaurants, occultant ainsi la réalité.

Les chiffres du recyclage

De nombreux groupes font appel à McDonald’s et à l’ensemble de la filière française de la restauration rapide pour publier ses chiffres de recyclage, introduire le tri sur site des déchets organiques et des emballages en papier et carton, fournir des contenants de boisson réutilisables et des couverts dans ses restaurants, apporter leur propre sac pour emporter leur repas à emporter.

Le cas Mc Do

McDonald’s France n’a pas répondu directement aux critiques formulées dans les rapports, mais un porte-parole de la chaîne de restaurants a indiqué que ses restaurants « trient et recyclent les emballages de livraison et l’huile de cuisson usée », lesquels produisent ensuite des biocarburants, le tri des déchets a été «progressivement» déployé dans toutes ses agences en France et 500 de ses restaurants s’emploient activement à lutter contre les «déchets d’emballage en partenariat avec les communautés locales».

Selon le rapport français, le recyclage et la gestion des déchets de McDonald’s sont «insuffisants». Pendant ce temps-là, McDonald’s France rappelle qu’il recycle l’huile de cuisson, mais il s’agit d’une obligation légale, tandis que pour le reste, ils traînent les pieds alors que beaucoup d’autres choses se font dans d’autres pays.

Combattre le gaspillage

Il n’est pas surprenant de voir que McDonald’s, et l’industrie de la restauration rapide en général, sont critiqués pour leurs pratiques de gaspillage en France, étant donné l’action croissante menée dans ce pays contre le gaspillage, le parlement français interdisant aux supermarchés de jeter des aliments non vendus ou de les gâter avec produits chimiques en février dernier.